REN HANG _ JEAN BAUDRILLARD _ TTY _ ORLAN _ JEANNIE ABERT

A ne pas rater : du 8 juillet au 6 septembre au 19 rue jouvène /

DOSSIER DE PRESSE

VISITE VIRTUELLE DE L’EXPOSITION

 JB231-23

JEAN BAUDRILLARD  LE RETOUR !  POUR LA PREMIERE FOIS DISPONIBLE EN GALERIE

Baudrillard c’est l’Intelligence, l’ironie, la poésie. Sans doute l’un des penseurs français les plus lus à l’etranger. Mais c’est aussi – prolongation de sa pensée – tout un corpus photographique qui circule discrètement autour de la planète depuis plus de vingt ans. A Arles, on se souvient bien de la Nuit «Baudrillard» organisée en 2000 au grand Théâtre Antique. Cette année, à l’occasion des Rencontres,  le Magasin de jouets est heureux de présenter quelques unes de ses œuvres et pour la première fois mettra en vente quelques inédits signés de la main de l’auteur. Inédits signés de l’auteur proposés lors de la vente aux enchères. Samedi 12 juillet à 18h au 19 ru ejouvène – Arles.

© Ren Hang

REN HANG  A VOIR ! INSTALLATION INEDITE

Ren Hang est le jeune photographe chinois qui a le vent en poupe. Hyper-productif, agé de seulement 28 ans, il est déjà demandé par la presse, galeries, éditeurs dans le monde entier. Il reste pourtant aujourd’hui encore censuré en Chine. L’artiste  développe un travail sur le corps et le sexe au de-là de la séduction, de l’érotisme ou de la pornographie.  Cette exposition sera l’occasion de découvrir également le dernier livre de Ren Hang (Editions Bessard).

© TTY Eternal-Flowers-The-Black-Set-003

TTY  DECOUVERTE… VIRTUAL PHOTOGRAPHY / SCULPTURES EN PORCELAINE DE LIMOGES : INEDIT

TTY développe conjointement deux problématiques: l’une à propos de l’évolution de l’espèce humaine, l’autre concernant la nature de l’acte photographique et son devenir par l’intégration des outils de création virtuelle. Son objectif : questionner la dématérialisation physique comme tendance majeure du monde contemporain. Le Magasin de jouets est fier de présenter pour la première fois son travail de sculpture en porcelaine de Limoges.

L’exposition TTY est réalisée en partenariat avec l’atelier SungHeeLee

2mwu_IsraelBelgiqueNL_1

Festival a-part

Le Magasin de jouets initie cette année un partenariat avec le festival a-part aux Baux de Provence. Dans le cadre du thème ‘‘Les désastres de la guerre’’ le Magasin de jouets présente Collapse  le travail de Jeannie Abert réalisé en collaboration avec le photographe Stanley Greene grâce au soutien d’Olympus et de l’ENSP. Exposition réalisée en partenariat avec PHOTON

Le Magasin de jouets présente avec le festival a-part, en projection nocturne, une oeuvre vidéo d’ORLAN dans la vitrine du 19 rue jouvène, durant toute la période estivale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Collapse © Jeannie Abert 

jusqu’au 30 juin : « Noli Me Tangere » de Mickaël Soyez & « Comme la lune » de Manna Kikuta

Mickaël

MANNA

catalogue des oeuvres de Mickaël Soyez disponible sur le lien suivant : http://issuu.com/lemagasindejouets/docs/-_noli_me_tangere__micka__l_soyez_-

Le Magasin de Jouets est heureux de vous présenter sa nouvelle exposition avec les travaux des photographes émergents Manna Kikuta et Mickaël Soyez. Ces deux artistes, chacun à leur manière, nous parlent, grâce à la photographie, de l’absence, du manque, de la disparition. Ils nous parlent de la finitude des choses, celle de notre présence au monde, de l’absence de l’autre. Finitude que nous avons à apprendre, à accepter, à aimer…

Lien vers le dossier de presse : http://issuu.com/lemagasindejouets/docs/dossier_de_presse_e78223cad44d12

Après les Lucioles

© Michel Séméniako - Lucioles BD

© Franck Dorat BD  © Les Jnoun - Evasion Industrielle  

© Vanessa Santullo - Roma Termini  BD

Le Magasin de Jouets fait son retour et débute la saison 2014, avec la quadruple exposition Après les Lucioles qui rassemble les travaux de Michel Séméniako (Exil et Lucioles), de Vanessa Santullo (Roma Termini), Franck Dorat (Au fil de la lumière) et des Jnouns (Evasion industrielle). Cette exposition s’est construite autour des oeuvres de Michel Séméniako et sa volonté de regrouper ses deux séries photographiques : ‘‘Exil’’ et ‘‘Lucioles’’ qui seront pour la première fois présentées ensemble.

En écho aux textes de P. P. Pasolini La disparition des Lucioles et La survivance des Lucioles texte de Georges Didi-Huberman (voir annexe du dossier de presse), les artistes de cette exposition transmettent avec sensibilité une vision empreinte de poésie et de maitrise technique qui par leur affirmation dépassent le pessimisme ambiant pour tenter d’allumer les lumières qui habitent chacun d’ente nous. Continue la lecture